[TW suicide/transphobie] Une étudiante trans se suicide : Etat coupable, CROUS responsable ! La transphobie et la précarité tuent !

Hier soir, Doona, une étudiante trans, a mis fin à ses jours à la gare Saint-Roch à Montpellier. Cette jeune femme avait déjà lancé plusieurs appels à l’aide sur les réseaux sociaux. De plus, ses problèmes étaient connus du service médical de Paul Valéry (médecin de la médecine préventive), et de l’hôpital Lapeyronie. Elle avait, en effet déjà fait plusieurs tentatives de suicide chez elle à la Cité Universitaire Vert-Bois, dont les équipes étaient au courant.
Lors de ses prises en charge à l’hôpital, elle a subit une maltraitance médicale importante dû à la transphobie portée par le personnel soignant, ce qui l’a poussée à s’enfuir avant d’avoir reçu tous les soins adaptés. Nous tenons à rappeler que la transphobie institutionnelle pousse nombre de personnes trans à ne plus aller consulter, que ce soit médecin généraliste ou urgences, ce qui nuit considérablement à leur santé ! Ca a été le cas de Doona qui depuis ces épisodes traumatiques à l’hôpital, n’a plus jamais voulu retourner aux urgences, alors que sa santé mentale se dégradait de plus en plus.
Suite à ces hospitalisations fréquentes, le CROUS lui a explicitement dit que si elle retentait de se suicider, ils lui retireraient son logement et enlèveraient ses bourses. Le jour même, elle mettait fin à ses jours. Encore une fois, l’État, à travers le CROUS, précarise les étudiant-e-s, dégrade leur santé mentale, parfois jusqu’au suicide. Nous demandons la justice pour Doona, comme nous l’avions déjà exigé pour notre camarade lyonnais, lorsqu’il s’était immolé par le feu devant le CROUS en raison de son extrême précarité et de l’inaction du CROUS.
Nous exigeons que le CROUS de Montpellier reconnaisse ses fautes et prenne des mesures concrètes en urgence : la formation des personnels CROUS et hospitaliers aux questions LGBTI+ et relatives à la santé mentale, l’impossibilité pour le CROUS d’exclure les étudiant-e-s de leurs logements (avec la transformation des droits d’occupations en baux de droits communs), la création de cellules psychologiques non-mixtes LGBTI+ afin de rendre compte à l’administration des universités de la transphobie et de ce qu’il doit être fait pour y remédier, la création d’une commission contre les discriminations au CROUS, ainsi qu’un fond d’aide aux personnes trans ; et de manière générale, des moyens à la hauteur des besoins pour que les étudiant-e-s vivent et étudient dans des conditions d’existence dignes.

Nous appelons donc à un rassemblement devant le CROUS de Montpellier à Boutonnet le 28 septembre à 12h.


ETAT COUPABLE, CROUS RESPONSABLE !

Vue la situation sanitaire actuelle, nous vous invitons à venir masqué.e.s et à former des groupes de dix personnes sur le lieu de l’événement. Du désinfectant sera à disposition pour nettoyer le micro entre chaque interventions.

Signataires : Solidaires Etudiant-e-s Montpellier, RUSF 34, Bouclier LGBTI, NPA Jeune Montpellier, SCUM, UEC Montpellier, SUD Recherche EPST, Ensemble ! 34, NPA 34, Freaks-Tion scène ouverte queer, Les Mixeuses Solidaires, SOS Transphobie, Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence Couvent d’Oc, Support Your Local Girl Gang, Personæ of Color, Collectif Irrécupérables

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :