Au sujet de l’organisation des modalités de cours et d’examens

Lettre aux membres du CHSCT de l’UPV-UM3 au sujet de l’organisation de l’université suite à sa fermeture

Bonjour,

Ayant appris que le vendredi 13 Mars s’était tenu un CHSCT exceptionnel portant sur l’organisation de l’Université suite à l’annonce de sa fermeture à partir du 16 mars, par le Président de la République le jeudi 12 Mars, mon syndicat et moi-même tenions à envoyer un mail afin de vous faire connaître notre position sur la question.

Nous trouvons scandaleux que ce CHSCT n’ait pas été élargi et qu’ait été abordé un plan de continuité de l’activité notamment pédagogique sans que les représentant-e-s usager-e-s aient été conviés. En effet, la loi stipule que « Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail peut se réunir en formation élargie aux représentants des usagers, désignés dans les conditions fixées par l’article 5, pour l’examen des questions mentionnées à l’article 51 du décret du 28 mai 1982 susvisé et susceptibles d’avoir des conséquences directes sur les usagers au regard des risques auxquels ils peuvent être exposés. ».

Si la fermeture de l’Université à cause d’une épidémie n’est pas considéré comme ayant des « conséquences directes sur les usagers au regard des risques auxquels ils peuvent être exposés » nous nous demandons qu’est-ce qui pourrait l’être. 

Nous analysons clairement cette décision de ne pas faire de CHSCT élargi comme une volonté claire de contourner les étudiant-e-s et de vouloir éviter de se retrouver face à des représentant-e-s qui montreraient le caractère inégalitaire et discriminatoire de la solution du tout numérique. Cette analyse se confirme d’autant plus quand on constate que la présidence a donné ordre aux secrétariats de ne pas transférer aux étudiant-e-s notre email ayant pour volonté de recenser avant le CEVU exceptionnel, l’ensemble des difficultés rencontrées par ces dernier-e-s depuis la fermeture du campus, afin de trouver des solutions adaptées à la réalité de la situation. De plus, dans les mails qui ont été envoyés le 18/03, il est dit que l’université va recenser les étudiant-e-s n’ayant pas d’accès internet: nous nous demandons bien comment des personnes n’ayant pas internet vont pouvoir en informer l’Université. Notre organisation étudiante, qui a pourtant 6 élus en conseils centraux et est la seule à être présente en CHSCT, n’a aujourd’hui jamais été consultée par la Présidence sur la mise en place de son plan de continuité d’activité pédagogique: la consultation seule du VPE (dont l’organisation n’a d’ailleurs aucuns représentant-e-s en CHSCT ou même en CS) ne saurait être suffisante, d’autant plus dans une telle situation.

 

Nous tenons à vous signifier l’état d’angoisse totale dans lequel se trouvent les étudiant-e-s. En effet, nous avons déjà reçu des dizaines de mails faisant état d’un non-accès à un ordinateur et/ou à une connexion internet suffisante à un travail dématérialisé, d’autres expliquant leur impossibilité à se procurer des livres  (demandé par l’enseignant) du fait des fermetures des bibliothèques et de situation de précarité, ou encore l’impossibilité de faire leur rendu vidéo (demandé aussi par l’enseignant) par manque de matériel, l’impossibilité de travailler un dossier par non-possession du logiciel adéquat, ou encore les étudiant-e-s étant allé-e-s chez leur parent le week end précédent le confinement et se retrouvant coincé là-bas alors même que leur cours manuscrit se trouve dans leur logement à Montpellier. De plus, nous tenons à vous faire part des inquiétudes des étudiant-e-s se trouvant en stage et qui ont vu leur stage être arrêté, et qui se trouvent dans une incertitude totale concernant leur gratification. Enfin, de nombreux étudiant-e-s se trouvent grandement sollicités d’un point de vue professionnel pour de la garde d’enfants, rendant totalement impossible le travail de leurs cours et donc la préparation des examens.

Cette situation de stress ne va aller qu’en s’aggravant, d’autant plus qu’il est fort probable que de nombreux étudiant-e-s rencontrent des problèmes psychologiques dû au confinement, et risquent de vivre l’hospitalisation, voire le décès de proches.

Nous regrettons que, face à une telle situation de crise sanitaire, la Présidence de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 semble agir davantage en fonction d’enjeux politiques et électoraux locaux qu’en fonction des besoins et des intérêts de l’ensemble de notre communauté universitaire.
Nous rappelons que les différentes instances de l’université n’ont pas vocation à être des chambres d’enregistrement de la volonté de la Présidence de l’Université.

Nous en appelons à la responsabilité de toutes et tous dans cette situation: l’activité pédagogique ne peut être maintenue dans de telles conditions.

 

Cordialement

Alphon-layre Cécile

Elue CA et représentante étudiante au CHSCT de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 pour Solidaires Etudiant-e-s Montpellier

Lettre en PDF

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :